Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 16:45

Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, le mythe d’Orphée traverse l’Histoire à travers la musique. Opéras, ballets, chansons, les artistes le reprennent et l’expriment à leurs façons, cherchant peut-être le plus possible à ressembler au héros de cette histoire …

 

Les opéras et ballets :

 

- L’Orfeo (1607) de Claudio Monteverdi

 

Considéré comme l’un des premiers opéras de l’histoire de la musique (le premier étant Daphnée, de Jacopo Peri, Daphnée étant également un personnage mythique). L’opéra est basé sur le mythe d’Orphée et Eurydice, où le héros grec essaye de sauver sa femme des enfers. Il se compose d’un prologue et de cinq actes.

 

         Prologue : Le prologue a pour but d’exprimer le pouvoir de la musique et particulièrement celui d’Orphée, dont la musique parvenait à émouvoir les dieux et charmer hommes et animaux.

        

Acte I : Le premier acte met en scène le mariage d’Orphée et Eurydice

        

Acte II : Orphée apprend qu’Eurydice est morte, mordu par un serpent ; il décide d’aller aux Enfers pour la sauver.

        

Acte III : Orphée parvient aux portes des Enfers. Il y rencontre Charon, le passeur des Enfers, et essaye de l’envoûter par son chant. Sans réussite, il essaye de nouveau, mais cette fois-ci avec sa lyre. Charon s’endort et Orphée entre au royaume de Pluton.

        

Acte IV : Une fois de plus, face à Proserpine, Orphée use de son don pour l’émouvoir. Celle dernière convainc Pluton, son mari, de laisser partir Eurydice. Pluton accepte sous une seule condition : Orphée ne doit pas se retourner pendant qu’Eurydice le suit sur le chemin du retour au monde de la vie. Mais doutant, il se retourne et voit son épouse disparaître. Il retourne  à la lumière seul, et découragé.

        

Acte V : Accablé de tristesse, Orphée est emmené au royaume des dieux par Apollon, et devient leur immortel égal. Le chœur chante à la gloire d’Orphée, fin de l’opéra.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Orfeo ed Euridice (Orphée et Eurydice)

 

Il en existe trois versions :

 

-                          L’originale, composé à Viennes en 1762, par Ranieri de’ Calzabigi, italien et homme de lettres et de musique.

 

-                          La version arrangée par Christoph Willibald Gluck, compositeur français, en 1774. Orphée et Eurydice est son trentième et plus célèbre opéra.

 

-                          La version arrangée de Berlioz, autre compositeur français, qui remania cette œuvre en 1859 pour permettre à une chanteuse d’interpréter le rôle d’Orphée.

 

 

L’œuvre comporte trois actes.

 

Après une ouverture instrumentale entrainante et joyeuse, le rideau se lève, la première scène de l’acte I débute. Orphée et le chœur se lamentent sur le tombeau d’Eurydice. Puis, Orphée est laissé seul, et prend la terrible et ultime décision de mettre fin à ses jours. C’est alors que surgit l’Amour qui lui apprend qu’il pourra récupérer son aimée en convaincant l’Enfer et avec la seule et unique condition qu'il ne regarde pas son épouse lors du trajet de retour à travers les enfers.

 

L’acte II débute alors : un chœur aussi bien terrifiant qu’impressionnant tente de stopper Orphée dans sa quête, mais ce dernier, par son chant, parvient à émouvoir ces esprits tourmenteurs qui lui cèdent alors le passage. Les rives sombres du Cocyte laissent place à un ciel serein (prétexte dans la version parisienne pour mettre en place un « ballet des Ombres heureuses »).

Eurydice apparait alors et retrouve Orphée.

 

Au dernier acte, les deux conjoints remontent donc vers le monde des vivants, mais Eurydice s’inquiète de l’indifférence de son époux qui ne la regarde même pas. Entendant les reproches qui lui sont faits, Orphée cède et se retourne, et voit Eurydice expirer dans ses bras. Orphée se lamente alors dans le célèbre Che farò senza Euridice (dans la version française : J'ai perdu mon Eurydice).

Retour à la situation initiale : Orphée tente de se suicider mais l’Amour surgit au dernier moment pour l’en empêcher en lui rendant son Eurydice.

La version parisienne était close par un ballet.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Augustin - dans ORPHEE EN MUSIQUE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le mythe d'Orphée
  • Le mythe d'Orphée
  • : Découvrez la tragique histoire d'Orphée à travers le travail commun d'élèves latinistes de 3e du collège Les Frères Le Nain, et de 2nde du lycée Paul Claudel. Premier des poètes d'après la mythologie gréco-latine, Orphée n'a cessé d'inspirer écrivains, peintres, compositeurs ou encore réalisateurs...
  • Contact

Citation latine

Talia dicentem nervosque ad verba moventem exsangues flebant animae; nec Tantalus undam captavit refugam, stupuitque Ixionis orbis, nec carpsere jecur volucres urnisque vacarunt Belides, inque tuo sedisti, Sisyphe, saxo. Tunc primum lacrimis victarum carmine fama est Eumenidum maduisse genas.

 

Les âmes privées de vie pleuraient celui qui disait de telles choses en faisant vibrer les cordes au rythme de sa voix. Et Tantale n'a plus cherché à saisir l'eau qui s'enfuyait, la roue d'Ixion se stoppa, et les oiseaux cessèrent de lacérer le foie

 

Ovide

 

 

Recherche

Liens