Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 16:45

Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, le mythe d’Orphée traverse l’Histoire à travers la musique. Opéras, ballets, chansons, les artistes le reprennent et l’expriment à leurs façons, cherchant peut-être le plus possible à ressembler au héros de cette histoire …

 

Les opéras et ballets :

 

- L’Orfeo (1607) de Claudio Monteverdi

 

Considéré comme l’un des premiers opéras de l’histoire de la musique (le premier étant Daphnée, de Jacopo Peri, Daphnée étant également un personnage mythique). L’opéra est basé sur le mythe d’Orphée et Eurydice, où le héros grec essaye de sauver sa femme des enfers. Il se compose d’un prologue et de cinq actes.

 

         Prologue : Le prologue a pour but d’exprimer le pouvoir de la musique et particulièrement celui d’Orphée, dont la musique parvenait à émouvoir les dieux et charmer hommes et animaux.

        

Acte I : Le premier acte met en scène le mariage d’Orphée et Eurydice

        

Acte II : Orphée apprend qu’Eurydice est morte, mordu par un serpent ; il décide d’aller aux Enfers pour la sauver.

        

Acte III : Orphée parvient aux portes des Enfers. Il y rencontre Charon, le passeur des Enfers, et essaye de l’envoûter par son chant. Sans réussite, il essaye de nouveau, mais cette fois-ci avec sa lyre. Charon s’endort et Orphée entre au royaume de Pluton.

        

Acte IV : Une fois de plus, face à Proserpine, Orphée use de son don pour l’émouvoir. Celle dernière convainc Pluton, son mari, de laisser partir Eurydice. Pluton accepte sous une seule condition : Orphée ne doit pas se retourner pendant qu’Eurydice le suit sur le chemin du retour au monde de la vie. Mais doutant, il se retourne et voit son épouse disparaître. Il retourne  à la lumière seul, et découragé.

        

Acte V : Accablé de tristesse, Orphée est emmené au royaume des dieux par Apollon, et devient leur immortel égal. Le chœur chante à la gloire d’Orphée, fin de l’opéra.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Orfeo ed Euridice (Orphée et Eurydice)

 

Il en existe trois versions :

 

-                          L’originale, composé à Viennes en 1762, par Ranieri de’ Calzabigi, italien et homme de lettres et de musique.

 

-                          La version arrangée par Christoph Willibald Gluck, compositeur français, en 1774. Orphée et Eurydice est son trentième et plus célèbre opéra.

 

-                          La version arrangée de Berlioz, autre compositeur français, qui remania cette œuvre en 1859 pour permettre à une chanteuse d’interpréter le rôle d’Orphée.

 

 

L’œuvre comporte trois actes.

 

Après une ouverture instrumentale entrainante et joyeuse, le rideau se lève, la première scène de l’acte I débute. Orphée et le chœur se lamentent sur le tombeau d’Eurydice. Puis, Orphée est laissé seul, et prend la terrible et ultime décision de mettre fin à ses jours. C’est alors que surgit l’Amour qui lui apprend qu’il pourra récupérer son aimée en convaincant l’Enfer et avec la seule et unique condition qu'il ne regarde pas son épouse lors du trajet de retour à travers les enfers.

 

L’acte II débute alors : un chœur aussi bien terrifiant qu’impressionnant tente de stopper Orphée dans sa quête, mais ce dernier, par son chant, parvient à émouvoir ces esprits tourmenteurs qui lui cèdent alors le passage. Les rives sombres du Cocyte laissent place à un ciel serein (prétexte dans la version parisienne pour mettre en place un « ballet des Ombres heureuses »).

Eurydice apparait alors et retrouve Orphée.

 

Au dernier acte, les deux conjoints remontent donc vers le monde des vivants, mais Eurydice s’inquiète de l’indifférence de son époux qui ne la regarde même pas. Entendant les reproches qui lui sont faits, Orphée cède et se retourne, et voit Eurydice expirer dans ses bras. Orphée se lamente alors dans le célèbre Che farò senza Euridice (dans la version française : J'ai perdu mon Eurydice).

Retour à la situation initiale : Orphée tente de se suicider mais l’Amour surgit au dernier moment pour l’en empêcher en lui rendant son Eurydice.

La version parisienne était close par un ballet.

 

Repost 0
Published by Augustin - dans ORPHEE EN MUSIQUE
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 13:28

Hector BERLIOZ est un compositeur français né à La Côte-Saint-André (Isère) en 1803. Lors de la première représentation de Roméo et Juliette, il remarqua Harriett Smithson en 1827 qu'il épousa par la suite en 1833. C'était un compositeur très reconnu à l'époque pour ses pièces à grand succès telles que La symphonie fantastique ou Harold en Italie . Il fut soutenu par de très célèbres compositeurs comme Mendelssohn, Schumann, Wagner, Meyerbeer et Liszt.

 

Description de cette image, également commentée ci-après 

  Hector Berlioz par Pierre Petit, photographie de 1863.

http://www.lamusiqueclassique.com/2012/02/hector-berlioz-harold-en-italie-1%C2%B0-mouvement-harold-aux-montagnes/

 

Avec l'aide de son ami Camille Saint-Saëns, il remania l'Orpheo de Gluck. Berlioz fut très touché par l'opéra de Gluck, d'ailleurs il s'exprima ainsi à ce sujet : "L'Orphée de Gluck émeut parce qu'il est ému, arrache des larmes parce qu'il pleure ... C'est tout simplement l'idéal de l'amour poétique exprimé musicalement " ou "L'Orphée de Gluck ne chante pas comme on se figure que chantait le demi-dieu de la poésie et de la musique".

Repost 0
Published by le-mythe-d-orphee - dans ORPHEE EN MUSIQUE
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 13:16
Orphée en musique : l'opéra de Jacques Offenbach Orphée aux Enfers
 
Jacques Offenbach est un compositeur et violoncelliste français d'origine allemande né à Cologne le 20 Juin 1819 et mort à Paris le 5 Octobre 1880. 
Le 21 Octobre 1858, il créé un opéra-bouffe appelé Orphée aux Enfers en 2 actes et quatre tableaux sur un livret d'Hector Crémieux et Ludovic Halévy. Il a été créé à Paris au théâtre des Bouffes-Parisiens. Une seconde version de l'oeuvre (quatres actes et douze tableaux) a ensuite été donnée par les auteurs le 7 février 1874 au Théâtre de la Gaîté.
Offenbach a créé d'autres opéras-bouffes comme La Belle Hélène, La vie Parisienne, La Grande-Duchesse de Gérolstein et La Périchole.
 
Un opéra-bouffe désigne un opéra français traitant un sujet comique. Il apparaît sous la plume d'Offenbach quand il a créé Orphée aux Enfers. Le caractère de l'opéra-bouffe est uniquement "bouffon".
 
 Voici une affiche de la création de la deuxième version du spectacle en 1874. (wikipédia)
 
Dans l'opéra, il y a 15 chanteurs jouant et chantant les personnages de l'opéra : Pluton (ténor), Jupiter (baryton), Orphée (ténor), John Styx (baryton), Mercure (ténor), Bacchus (rôle parlé), Mars (basse), Morphée (ténor), Eurydice (soprano), Diane (soprano), l'Opinion publique (mezzo-soprano), Vénus (contralto), Cupidon (soprano), Junon (mezzo-soprano) et Minerve (soprano).
 
A présent, je vais vous raconter cet opéra-bouffe :
 
Acte I :
L'Opinion Publique présente les personnages.  Orphée et Eurydice se querellent. Eurydice n'a aucune sympathie pour le talent artisique d'Orphée et lui reproche de jouer du violon. Orphée déclare qui'il va lui jouer son dernier concerto de violon qui dure une heure un quart. Pluton, le dieu des Enfers, arrive sur terre sous la forme d'un berger apiculteur nommé Artisée. Il séduit Eurydice. Elle fait ses adieux à la vie et laisse un message à Orphée lui signifiant qu'elle est morte. Orphée le trouve et il se réjouit discrétement, mais l'Opinion Publique le menace de scandale s'il ne court pas aux Enfers pour récupérer sa femme.
Sur le Mont Olympe vivent les dieux.  Ils sont interrompus par la nouvelle qu'Eurydice est parmi eux. Pluton est réprimandé, dès son arrivée par Jupiter d'avoir enlevé Eurydice. Minerve, Vénus, Cupidon et Diane rappellent tour à tour à Jupiter qu'il a, lui aussi recours au déguisements dans le passé pour ses amours terrestres. On annonce l'arrivée d'Orphée et de l'Opinion Publique. Pluton nie d'avoir organisé l'enlèvement d'Eurydice. Orphée veut qu'on lui rende sa femme, mais il ne va pas plus loin que sa première phrase : "J'ai perdu mon Eurydice". Jupiter ordonne à Pluton de rendre Eurydice à Orphée et tous chantent un hymne de louanges qui se transforme vite en un joyeux galop.
 
Acte II : Eurydice est gardée par John Styx, aux Enfers. Dès qu'il est parti, Jupiter vient chercher Eurydice, qui l'intéresse prodigieusement. Il se transforme en mouche pour séduire Eurydice. A la fin du galop final, Jupiter essaye de s'enfuir, mais arrêté par Pluton qui avait reconnu Eurydice. Il avoue qu'il a bel et bien enlevé Eurydice. Orphée et l'Opinion Publique arrivent. On entend le violon d'Orphée qui joue : "J'ai perdu mon Eurydice". Jupiter doit tenir sa promesse et de rendre sa femme à Orphée. Il ajoute une condition : Orphée doit marcher devant sa femme, mais ne doit pas se retourner avant d'avoir franchi le Styx, faute de qui sa femme lui serait reprise à jamais. Voyant qu'Orphée ne profite pas de l'occasion en or qu'il lui avait donnée pour se débarrasser de sa femme, Jupiter déclenche un éclair dont il a le secret de sursauter et de retourner Orphée. Eurydice lui est reprise. Tous participent à la version finale du Can-Can, qui exprime leur joie devant ce résultat.
   
Je trouve que c'est un bel opéra qui respecte l'histoire tragique d'Orphée et un opéra comique. On entend aussi le french cancan.
 
Enfin, vous pouvez écouter des musiques de cet opéra :
- le french cancan qui est une célèbre forme de spectacle musical et chorégraphique.
- l'ouverture : elle n'a rien à voir avec celle qu'Offenbach a choisie pour débuter son opéra.
- l'air de Mercure :
"Eh hop ! Eh hop ! Place à Mercure !
Ses pieds ne touchent pas le sol,
Un bleu nuage est sa voiture,
Rien ne l'arrête à son vol.
 
Bouillet dans son dictionnaire
Vous dira mes titres nombreux,
Je suis le commissionnaire
Et des déesses et des dieux ;
Pour leurs amours moi je travaille
Actif, agile, intelligent
Mon caducée est ma médaille
Une médaille en vif argent
(...)
 
Je suis le dieu de l'éloquence,
Les avocats sont mes enfants,
Ils me sont d'un secours immense,
Pour flanquer les mortels dedans.
Je dois comme dieu du commerce
Détester la fraude et le dol,
Mais je sais par raison inverse
Les aimer comme dieu du vol
Car j'ai la main fort indirecte
Et quelques fois le bras trop long :
Quand il était berger d'Admète
J'ai chipé les boeufs d'Apollon
Tout en étant le dieu des drôles
Je suis le plus drôle des dieux
J'ai des ailes sur les épaules
Aux talons et dans les cheveux.
Jupin mon maître sait me mettre
A toute sauce : il finira
Par me mettre sur un baromètre
Pour savoir le temps qu'il fera "
    
 
 
Mathilde (3e)
   
 
 
 
   
Repost 0
Published by le-mythe-d-orphee - dans ORPHEE EN MUSIQUE
commenter cet article

Présentation

  • : Le mythe d'Orphée
  • Le mythe d'Orphée
  • : Découvrez la tragique histoire d'Orphée à travers le travail commun d'élèves latinistes de 3e du collège Les Frères Le Nain, et de 2nde du lycée Paul Claudel. Premier des poètes d'après la mythologie gréco-latine, Orphée n'a cessé d'inspirer écrivains, peintres, compositeurs ou encore réalisateurs...
  • Contact

Citation latine

Talia dicentem nervosque ad verba moventem exsangues flebant animae; nec Tantalus undam captavit refugam, stupuitque Ixionis orbis, nec carpsere jecur volucres urnisque vacarunt Belides, inque tuo sedisti, Sisyphe, saxo. Tunc primum lacrimis victarum carmine fama est Eumenidum maduisse genas.

 

Les âmes privées de vie pleuraient celui qui disait de telles choses en faisant vibrer les cordes au rythme de sa voix. Et Tantale n'a plus cherché à saisir l'eau qui s'enfuyait, la roue d'Ixion se stoppa, et les oiseaux cessèrent de lacérer le foie

 

Ovide

 

 

Recherche

Liens